Close

Not a member yet?Register now and get started.

lock and key

Sign in to your account.

Account Login

Forgot your password?

Sorties « découverte »

Tous les mercredis après-midi, l’équipe de vie scolaire organise des sorties aux thématiques variées dans le but de faire découvrir les productions régionales, le patrimoine local et de se détendre à travers des activités de loisirs. Vous trouverez sur cette page les compte-rendus et impressions de nos élèves.

25/03/2015 : Visite d’ArcelorMittal

Retrouvez le compte-rendu de Mathilde Jeanniot, élève de 1ère Pro. et Delphine Chapron, élève de 2nde.

Sortie découverte ArcelorMittal

.

.

.

18/03/2015 : Visite d’une Menuiserie

Le mercredi 18 mars, nous sommes allés, avec un petit groupe d’élèves, découvrir la menuiserie de Witry-lès-Reims. Cette menuiserie fait surtout de la rénovation de meubles pour des particuliers. Le plus souvent, on leur demande des meubles de style Louis XVI. Nous avons pu voir avec émerveillement un « mur » de corps de ferme avec des dessins, qui représentaient des soldats allemands avec des têtes de chien, datant de la guerre 1939-45. Une fois restauré, il doit être exposé dans un musée en France. Nous avons aussi découvert différents outils utilisés par les menuisiers : une souffleuse, une perforeuse à bois située dans l’atelier mécanique, et aussi un outil qui se présente comme une grosse table avec un foret au centre. Ensuite, on nous a montré les différentes chutes de bois, avec de nombreuses variétés comme le bois de rose, le bois d’acacia… pour la plupart des bois non communs à nos régions tempérées. Nous avons fini la visite en regardant les photos des meubles récemment rénovés par les menuisiers.

Ryan Isch, élève de 2nde.

04/02/2015 : Visite des Laboratoires Boiron

Les Laboratoires Boiron sont ouverts du lundi au samedi de 7h30 à 18h. Ils comportent trois services : service d’appel, service logistique (préparation/livraison), et service de fabrication personnalisée. Les laboratoires effectuent entre 900 et 1000 préparations d’homéopathie par jour, près de 700 officines doivent être livrées aux alentours de Reims. 2 livraisons par jour dans les pharmacies sont possibles grâce au grossiste (livraison en 24h maximum), il existe 32 sites de laboratoires Boiron en France dont 4 à Paris et quelques filières internationales dans des pays de l’Est (fabrication uniquement française néanmoins). Les pharmacies et les particuliers commandent les produits nécessaires par internet, fax ou passent par le standard d’appel. Les laboratoires Boiron emploient environ 4000 salariés en France et à l’international. Les médicaments homéopathiques peuvent êtres d’origine végétale, animale, chimique ou minérale. Ils existent sous différentes formes (en gouttes, en poudre, en gélules, en billes…).

Baptiste Leclerc, élève de 3ème.

07/01/2015 : Visite du Musée du Pain

Mercredi 7 Janvier, nous nous sommes rendus à Fismes au Musée du pain. Tout d’abord, nous avons pu voir d’anciens tracteurs pour cultiver le blé, un four à pain mobile servant à la guerre 40 et une ancienne voiture servant à réaliser les tournées. Ensuite, nous avons pu voir tous les instruments sur la fabrication d’autrefois (meules, agitateurs…). De plus, nous avons pu voir une collection de fèves, des gaufriers d’autrefois, des confiseries conservées. Pour finir, nous avons regardé un film nous expliquant la fabrication du pain de l’ancien temps.

Fabien Fromentin, élève de Terminale STAV.

08/10/2014 : Visite de la Bibliothèque Carnegie

Pour commencer, la visite a été menée par deux personnes. Une pour visiter les lieux et l’autre pour nous raconter l’histoire des livres. Nous avons commencé par regarder la façade de la bibliothèque, la personne qui nous faisait la visite nous a montré les carrés de mosaïque présents à certains endroits, et les vases installés dans l’entrée. Au centre de l’allée pour rentrer dans la bibliothèque, il y a une statue de l’américain qui a financé l’endroit, Andrew Carnegie. Nous avons visité la bibliothèque : il y a une salle pour les expositions, actuellement sur la première guerre mondiale, puis une autre salle où les gens peuvent venir travailler au calme, elle s’appelle la salle de lecture, juste à côté de cet endroit il y a la salle des manuscrits. La dame nous a montré une salle avec plein de petits casiers pour savoir où est rangé chaque livre, puis nous nous sommes dirigés vers le magasin où sont entreposés tous les livres qui viennent d’arriver ou bien ceux qu’il faut renvoyer pour les relier car ils sont trop abîmés. La seconde personne qui s’est occupée de nous a parlé de la naissance de l’écriture au IVème millénaire avant J-C, en Mésopotamie et en Égypte. Durant l’Antiquité, les supports étaient variés, il y a eu les tablettes d’argile utilisées en Mésopotamie, les Grecs se servaient des Otracas, et les Romains eux utilisaient des planchettes en bois. Mais le support le plus connu est le Papyrus qui est très fragile, et qui est fait à base de roseau. La dame nous a parlé de la fabrication de Parchemin, qui est fabriqué à base de peau d’animaux, tels que le veau ou le mouton… A la fin de la visite, la guide nous a présenté certains ouvrages anciens, tout en nous expliquant qu’à l’époque il n’y avait que les moines qui écrivaient, en particulier des manuscrits, sur ces manuscrits il y avait des lettres plus grandes que d’autres avec des motifs floraux, les couleurs étaient assez vives. A cette époque, l’encre des livres était réalisée à base d’insectes et de plantes. Les moines étaient plusieurs à rédiger les ouvrages, les auteurs des livres signaient en bas de page.

Bertille Lebigot, élève de Seconde GT.

01/10/2014 : Visite du Musée de l’Ecole publique à Chevregny

Nous sommes allés visiter le Musée de l’école publique à Chevregny, dans l’Aisne. Situé dans le village, à côté de la mairie, dans l’ancienne école. Nous avons pu notamment voir comment les élèves travaillaient mais aussi le nombre d’heures de travail qu’ils faisaient (18h/jour), ils étaient jusqu’à 65 élèves. L’école de Chevregny a ouvert ses portes en 1881, année où l’école est devenue obligatoire pour tous grâce à Jules Ferry. Dans ce musée, une salle de classe a été reconstituée comme au XIXème siècle. Pendant quelques minutes, grâce à un enregistrement sonore, nous avons pu assister à une journée de cours… abrégée. Ainsi, les enfants commençaient leur journée par une morale à réciter et à écrire. Puis ils enchaînaient par du calcul mental, cela toutes les semaines et six jours sur sept. Comme les ramassages scolaires n’existaient pas encore, les élèves venaient à pied faisant jusqu’à 6 kilomètres pour aller à l’école. Comme les cantines n’existaient pas encore, les élèves venaient avec leurs gamelles (boîtes en ferraille contenant un repas). Comme le chauffage central n’existait pas encore, les élèves venaient avec une bûche chacun. Au XIXème siècle, les élèves étaient munis de sabots remplis de paille l’hiver pour tenir chaud. Les autres types de chaussures étaient des galoches, ce sont des chaussures montantes à talon avec des semelles en bois, donc non flexibles. Pour éviter d’user les chaussures, les parents fixaient des bandes de cuir aux sabots en particulier. Le cuir évitait que le bois ne s’use trop vite, ainsi une paire de chaussures pouvait être transmise à plusieurs générations. Quant au style vestimentaire… Il y avait une seule blouse pour tout le monde en été. En hiver, la tenue ne changeait pas, short, maillot court, grandes chaussettes montantes, blouse et pèlerine.

Thomas Guillemart, élève de Terminale STAV.

17/09/2014 : Visite de la Miellerie de Germaine

« L’apiculteur s’approche de nous avec une étrange boîte. Cette boîte est en fait une ruche qui est modulable. En fonction du nombre d’abeilles dans l’essaim, il est possible d’ajouter un étage pour agrandir la ruche. En l’agrandissant, il est nécessaire d’ajouter une grille qui ne laisse pas passer la reine pour accéder à ce nouvel étage. Les ouvrières remplissent alors cet hexagone de miel. Les abeilles ont une durée de vie de 30 jours. Pendant cette durée, elles auront essayé tous les métiers. En premier, elles sont dans la nurserie, elles ont le devoir de nettoyer et de s’occuper des nouvelles arrivantes. Ensuite elles deviennent gardiennes, postées devant la ruche à surveiller les éventuels dangers. Puis ouvrières, elles doivent alors maintenir une température stable dans la ruche en ventilant l’air intérieur. Pour finir, elles sont butineuses, elles vont chercher le pollen. Le miel produit par les abeilles est déposé sur un cadre que l’apiculteur a disposé en ajoutant une feuille de cire pour les aider dans la construction des cellules. La ruche est composée d’une seule reine. Si elle meurt, l’essaim doit trouver une nouvelle reine pour survivre. Les larves nourries à la gelée royale deviennent reines. Elles ont une durée de vie de 4 à 5 ans. Les apiculteurs donnent une dominance à leur miel en les déplaçant devant différents végétaux (acacia, lavande, tilleul). »

Christian Moissenet, élève de Terminale Pro.

10/09/2014 : Visite de Pierry « Une balade au XVIIIème siècle »

Le mercredi 10 septembre, nous avons visité Pierry, un village où certaines bâtisses sont d’époque. Nous étions accompagnés par une animatrice culturelle du patrimoine de la Mairie. Ce village se compose d’un certain nombre de maisons en pierre meulière et en ardoise, de nombreuses vignes et de caves souterraines. La présence de beaucoup d’arbres dans toute la commune cache un jardin assez vaste, le Jardin de l’Hors du Rû. C’est un espace orné de bambous et de graminées.
Mots-clés : pierre meulière / vigne / cave / église / jardin.

Christian Moissenet, élève de Terminale Pro.

09/04/2014 : Visite de l’usine de fabrication « Aux gourmets des Halles »

L’usine de fabrication est située rue Maurice Hollande sur la zone industrielle Farman à Reims. Elle est composée de 3 pôles principaux : la pâtisserie, la charcuterie et la boucherie. Une fois les matières premières arrivées à l’entreprise, celles-ci sont placées en chambre froide. Il y a plusieurs chambres froides classées par catégorie : saumur, poisson, viande, pâtisserie et une où sont stockés les produits finis. En cuisine, plus de 100 plats sont préparés chaque jour.
L’entreprise possède 3 laboratoires de tranformation. L’entreprise de la zone Farman compte 12 salariés mais il y a 30 salariés en tout car 18 autres travaillent dans l’entreprise initiale à Vouziers dans les Ardennes.

Camille Thierry, élève de Terminale STAV.

26/03/2014 : Visite de l’Abbaye de Vauclair

Les élèves ont été visités une ancienne abbaye dans l’Aisne, l’Abbaye de Vauclair.

Elle a été créée en 1134 par 12 moines cisterciens envoyés par Bernard de Clairvaux, elle a été nommée « Vallis Clara », le nom inverse de « Clairvaux ».
Avant sa construction, il n’y avait que de l’eau, des arbres et des pierres.

Au XIIIème siècle, les moines rasent la première abbaye pour faire place à une nouvelle église et de nouveaux bâtiments monastiques plus vastes. Elle subit durant la guerre de cent ans beaucoup de destructions mais elle a toujours été restaurée et agrandie au fil des siècles. Elle est de style Roman avec des locaux très sombres et est divisée en 4 parties avec l’église. Il y a un lieu où les moines pouvaient s’exprimer librement nommé « capitulaire ».

A l’entrée de l’abbaye se trouve un pigeonnier et à l’arrière se trouve un jardin médicinal avec toutes sortes de plantes. Ce dernier a été conçu par le père René Courtois enterré juste à coté de ses plantations.

L’abbaye a été en activité jusqu’à la révolution (1789) et fut définitivement détruite par des tirs d’artillerie lors de l’offensive du « Chemin des Dames » en 1917.

19/03/2014 : Visite de l’exploitation « L’escargot des Grands Crus » à Bouzy

Il y a 400 espèces d’escargots connues dans le monde. C’est un animal nocturne mais il peut avoir une grande activité durant la journée, s’il pleut.

Les escargots s’alimentent grace à leurs 20 000 dents, ils se déplacent grâce à leur pied, qui est un gigantesque muscle couvert de mucus. Ils sont hermaphrodytes.

Les étapes de la production :

- Les escargots sont récoltés en septembre.
- Les reproducteurs sont séléctionnés et mis en hibernation.
- On les réveille pour qu’ils se reproduisent. Pour pondre, ils creusent un trou pour déposer une centaine d’œufs.
- Trois semaines plus tard, les œufs éclosent.

Vers le 15 mai, les escargots sont mis dans des enclos. Dans cette exploitation, il y a plus de 300 000 escargots.

Camille Tredez, élève de 1ère STAV.

12/03/2014 : Visite de « La Ferme Gourmande » à La Chaussée sur Marne

Le mercredi 12 mars 2014, nous nous sommes rendus dans la ferme d’Alexandre Blondeau.

Il possède un élevage de 50 chèvres et aussi un bouc. Seulement 13 de ses chèvres sont pleines de manière naturelle, les autres sont inséminées artificiellement avec des paillettes.

Les biquettes passent également à la traite tous les jours à 17h00. Le lait est récupéré et permet la conception de fromage de chèvre dans l’enceinte de l’exploitation.

« La ferme gourmande » est un gite et aussi un lieu où l’on peut déguster du fromage de chèvre, de la charcuterie et aussi organiser des goûters à la ferme.

Pauline Lajoie, élève de 1ère STAV.


cialis